Texte paru dans
COQUILLE VIDE NUMÉRO QUATRE
La Prison Mondiale Existentielle est invisible.
Ses barreaux s'écartent.
Le Personnage Joueur s'identifie.
Il se discarte.
coquille_vide@riseup.net
CHATTEZ-NOUS!!!!!

 

Le PJ
 
            Dans coquille vide numéro un, un sombre texte peignait une silhouette inconnue : le PNJ (Personne Non-Joueur). On l’a vu dans ledit texte, le PNJ s’avance comme la figure porteuse de l’inaction ou du moins de la réaction. En tant qu’il consiste en l’agencement de certains assemblages pratiques très restreints, le PNJ ne se meut pas « vers » quelque chose, sinon vers sa propre passivité.
Mais le caractère passif ou réactif ne peut à lui seul témoigner des forces en jeu au coeur du projet de la PME.
            Dans une sorte de double mouvement, paradoxal même à première vue, la PME polarise - tout en s’assurant de rendre homogène - les différentes manières dont la vie s’exprime dans le monde. C’est dans cette drôle de dynamique qu’on voit s’esquisser l’ombre du PJ.
            Le PJ, contrairement au PNJ, veut prendre en charge le monde; il veut changer le monde. Dès le lvl 1, le PJ est lancé, laissé à lui-même. On lui dit « sois libre ».
 
ROAM THE WORLD
 
On lui inculque des convictions
                                                    une éducation aussi
On lui trace des chemins
                                                                on lui dit de choisir les bons
                                                                                    On lui dit « ouvres des portes »
 
            Tout dépendant de sa race et de sa classe, le PJ accèdera à différentes possibilités et à différents territoires. Comme toute réalité marchande, le PJ justifie sa présence au monde par la valeur : en montant de niveau, en vieillissant aussi; en accumulant des richesses; en créant une OSBL ou en participant à un mouvement social.
            En gros, on peut dire que la valeur du PJ se définit par sa capacité à agir dans le monde à travers le plus grand nombre de situations possibles à travers un calcul rationnel constant et d’en sortir avec un gain lointain, mais un gain quand même.
 
Mais respectes les règles du jeu
avances mais sans briser
changes sans déranger
 
            C’est exactement en ce sens que le PJ cherche à tracer des plans de vie avec des objectifs « réalistes ». C’est qu’en tant que personnage, en tant aussi qu’il accepte le jeu, le PJ accepte de respecter somme toute les paramètres inhérents à la PME.
 
en acceptant les règles : en acceptant la légalité comme limites de l’action
en acceptant la naturalité des sentiments : en acceptant la jalousie comme expression possible de l’amour
            mais en acceptant
 
 
            Le PJ signe Le Pacte parce que c’est important
                                                                                   
                                                                        Le PJ vote QS parce que c’est un parti respectable
           
Le PJ fait son compost
                                                            Le PJ fait ses devoirs
                                                                                                            Le PJ back Catherine Dorion
            Le PJ veut un tramway à Québec
                                                                        Le PJ trouve pas ça cool de se masquer faut assumer
 
                        Le PJ est convaincu que la violence c’pas une bonne réponse
                                                                                   
Le PJ sait que le communisme ça a jamais marché que la communauté c’t’un truc de hippie ou ben une sombre expression culturelle le PJ sait que le vrai changement celui qu’on veut vraiment s’atteint seulement dans le mouvement citoyen ou dans les politiques progressistes ou dans le parlementarisme ou dans la négociation
                                                                                                mais surtout pas dans nos vies
                                                                                                            mais surtout pas à chaque jour
                                                                                                                        mais surtout pas maintenant
 
pis quand on refuse leurs personnages, ils nous disent « monstres »
pis quand on s’attaque à leur prison, ils nous disent « terroristes »...
 
Pour suivre la formule d’un ami, on est pas des terroristes, mais ce qu’ils disent terroristes, ça on l’est; on est pas des monstres, mais ce qu’ils disent monstrueux, ça on l’est.
Parce que nos sens s’mêlent pas aux leurs; leur sens, on les désertes ou on les détruit.
Parce qu’on répond à leur désir de rendre-monstrueux; on va être leur pire cauchemar.
Mais sans monstre, non.
Rien de dangereux ou dégueulasse
Quoi que peut-être des fois
Mais surtout
Mais plutôt
Plutôt la forme étrange qui vous frôle au coin de la rue,
Plutôt la voix douce, claire, mais spectrale qui vous salue à’ sortie du dep’
Plutôt ce qui apparaît comme banal, comme familier même, mais qui s’évapore entre vos doigts quand vous essayez de nous capter
 
« Y’é midi tapant pis la femme de ménage ‘à cogne
en hurlant « j’veux changer d’personnage »! »
 
ils te demanderont si tu veux jouer
pis dans l’éclipse d’un marteau qui brise
dans l’effacement d’un sourire
en disparition de visage
t’auras que les ami.e.s
partout sans noms
 
Ni PJ ni PNJ
 
« s’absenter des lignes
nous profiterons de la nuit
pour semer aux fleurs invisibles »
 
Ni PJ ni PNJ
 
on veut plus de vos personnages
on sera jamais des masques
quoiqu’on en portera plusieurs
 
                                                            plutôt,
                                                                        plutôt…
 
plutôt le frémissement informe des feuilles
plutôt le sourire aimable de ton enfant au souper de famille
 
On sera monstre, mais seulement là et quand on le voudra
                                                                                                            pis toujours juste avant de s’évaporer
                                                                                                                                    dans vos ruelles          
                                                                                                                                    dans vos écoles
                                                                                                                                    dans vos maisons
 
Monstrueux comme l’ombre d’un arbre difforme qui s’évade aux lueurs du jour
 
essayez pas de capturer nos vies par vos mises en principes
                                                                                    par vos souricières morales.
Parce qu’on aura sûrement déjà ris et vécu
toujours avant de vous répondre.
 
 
 
La PME
 
La PME; parce qu’il faut nommer les barreaux qui nous cagent.
La PME; décrire le mépris de l’existence, tenter de toucher les blessures généralisées pour sentir l’importance des dégâts pis de nos douleurs.
La PME; pas un lieu, mais..;
Le lieu; ce sur quoi la PME s’inscrit, comme sur un corps, sur un boulevard, comme sur un appart.
La PME c’est plutôt un rapport; un rapport discret, tendu, complexe et triste, entre soi pis le monde, entre soi et les autres.
Les rapports construit dans la PME se décrit pas partout de la même manière.
Ici, la PME c’est l’impuissance sans cesse rappelée de penser nos vies en dehors du travail, sinon comme loisir, sinon comme vacance, sinon comme famille.
Là-bas, la PME c’est l’incapacité réelle de contester toutes formes d’administration de la vie par peur de la violence ou par peur de la mort.
Pour d’autres aussi les murs de la PME sont ceux de la métropole, détestés, mais nécessaires à ceuses qui ont les faims de vivre, mais jamais les moyens.
 
La PME c’est les flics dans les têtes;
La PME c’est l’indigeste de la solitude carcérale dans nos appartements;
La PME c’est les ami.es mort.es d’avoir réussi.es à imaginé.es la mort, mais jamais l’évasion;
 
« À bas toutes les prisons! »
                                                mais comment détruire quand les fondations sont celles de nos coeurs
 
« brûler toutes les prisons, even the nice ones »
                                                         mais comment brûler quand les lignes du développement architectural                                                        se dessinent aux courbes de nos corps, au flow de nos désirs,
                                                                  au fonctionnement de nos petites machines affectives
                                               
                                    Attaquer - de l’extérieur - frontalement la PME;
                                                                                     c’est jouer le jeu du personnage du citoyen
ou pire
                                                                                      c’est prier l’intervention juste de l’Empire
                                                                                       c’est penser faire le poids, seul contre soi-même
                                                                                       c’est encore présager l’intervention divine
                                                                                               
                                                                                                                                                                                                                                                                                                plutôt…
« s’absenter des lignes
nous profiterons de la nuit
pour semer aux fleurs invisibles »
                                                                        plutôt…
 
 fomenter les failles de la PME, dans l’opacité de l’ombre
dans l’insignifiance du sans-nom du sans visage
reconstruire discrètement la communauté
là où hier-même elle semblait s’effacer
 
planifier l’évasion
de l’intérieur, comme disait d’autres
s’évader vers l’intérieur
faire-secret nos devenirs/les crier en masques
détruire la PME c’est d’abord y toucher
d’abord par le coeur