Ces deux textes sont tirés d'un recueil publié au printemps dernier, qui faisait suite à une retraite d’une semaine en mixité choisie sans hommes cis au cours de l'été 2018.

 

Il y avait cette boule de stress
dans mon ventre
celle-là d’excitation et celle-là
un peu plus recroquevillée un peu plus recluse un peu plus secrète
oui secrète, c’est ça.
Il y avait les arbres        -     ben oui han, dans le bois
mais surtout cette envie de se retrouver ensemble
surtout ce besoin entre le tronc et le collet
de prendre le temps de s’écouter
entre deux cuillères de gruau

Sous les étoiles enroulées
dans nos couvertures
c’était cliché mais on rigolait
trois gamines
dans le parking froid où on voyait mieux le ciel
on chuchotait des secrets, nos secrets à nous
comme des petits trésors
avec le besoin viscéral de tout se partager
de nous, nous investir
c’était cliché oui oui mais on était bien
je m’en fichais du petit gravier qui s’étampait dans mon jeans en fait qui le transcendait pour s’étamper dans ma fesse
Il y avait cette boule là dans mon ventre

celle-là qui donne envie de se tatouer des fleurs de pavots comme une petite commémoration
celle-là qu’on est beaucoup à se partager et qui prend forme différemment dans nos articulations
il fallait comme un peu la taire parce que rendu là tu veux dire quoi de plus
je peux te répéter mes souvenirs en boucle toute la nuit toute la journée avec la larme à l’œil repartir ma petite cassette
ça servait plus à rien et j’avais besoin de prendre une pause de ma tristesse
j’avais envie de prendre cette pause là avec les autres
ça ne m’a pas empêchée d’avoir une tronche d’enterrement un matin avec comme première envie celle de vomir                je suis allée crever seule mon abcès

N’empêche.

 

 

Invocations

Le couvert de la forêt pour hurler silencieusement ton nom, faire résonner ta présence sous ces branches que tu connaissais, ces chiottes que t’avais construites avec acharnement il y a deux étés.

Torpeur inexprimable,  besoin criant de s’armer de courage pour explorer nos détresses individuelles et collectives.

Nécessité de rituels, démonstration d’amours et de vulnérabilité, impuissance.

Fumer une clope de plus chaque matin; offrandes et couteaux tirés.