Nous publions les contributions ponctuelles, communiqués et publications anonymes reçus par courriel – pour autant que les publications proposées s'intègrent dans l’esprit de la plateforme sans toutefois être rattachées à un projet. Pour nous faire parvenir une publication, écrivez-nous à contrepoints-media@riseup.net.

(English below) À deux jours de la date de paiement, les locataires du Québec continuent de réclamer l'annulation urgente du loyer. Des milliers de locataires dans tout le Québec ne pourront tout simplement pas payer leur loyer ce mercredi, ou devront garder leur argent pour subvenir à des nécessités de base telles que la nourriture ou des médicaments. La crise du logement, déjà alarmante avant l'épidémie COVID-19, est en train de prendre des proportions critiques.

Le premier ministre François Legault et la mairesse de Montréal Valérie Plante ont exhorté les propriétaires à être accommodants avec leurs locataires. Cependant, de nombreux propriétaires, en particulier dans les quartiers pauvres, ouvriers et où résident des immigrants, exigent de leurs locataires le paiement du loyer le 1er avril et menacent d'entamer des procédures d'expulsion une fois que la suspension temporaire des audiences d'expulsion à la Régie du logement sera levée.

Lors de la conférence de presse du gouvernement du Québec cet après-midi, le lundi 30 mars, il est important que les journalistes questionnent le premier ministre François Legault, la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann et la ministre du Logement Andrée Laforest à propos des mesures concrètes qu'ils souhaitent adopter, de toute urgence, pour soulager les locataires et les personnes les plus vulnérables. Dans le contexte actuel de crise sanitaire, la sécurité du logement est une prérogative importante de la santé publique. En outre, l'anxiété et le stress dont souffrent actuellement des milliers de locataires seront soulagés avec l'annonce claire de l'annulation des loyers.

L'aide promise par le gouvernement fédéral ne peut être demandée avant le 6 avril. Les premiers fonds seront distribués 10 jours plus tard, ce qui signifie que les locataires seront en défaut de paiement jusqu'à la mi-avril. En outre, de nombreux locataires, qui vivent au mois, ne pourront pas bénéficier de l'aide fédérale.

Les efforts de grève des loyers, de refus et d'annulation se sont multipliés partout au Québec et au Canada. Le premier ministre progressiste-conservateur Doug Ford a déclaré publiquement que si les locataires en Ontario sont obligés de choisir entre le fait de payer pour de la nourriture ou de payer le loyer, il était plus important qu'ils privilégient le fait de se nourrir et qu'ils seraient protégés par les autorités contre de futures tentatives d'évictions.

Le premier ministre, la ministre de la Santé et la ministre du Logement ont le pouvoir de mettre fin à cette crise des locataires au Québec. Pour ce faire, ils doivent agir avant le 1er avril.

Selon Rachel Tremblay, une locataire vivant dans Hochelaga-Maisonneuve : « Je ne peux tout simplement pas payer le loyer le 1er avril, sinon je n'aurai pas d'argent pour la nourriture et les autres produits de première nécessité pour ma famille. Je n'ai pas pu travailler depuis deux semaines, je n'ai actuellement pas droit aux prestations et je n'y aurai peut-être jamais droit, sauf peut-être pour l'aide sociale qui ne couvrira pas mon loyer. » Une pétition pancandienne (https://www.change.org/p/federal-government-of-canada-cancel-rent-and-mortgage-payments-during-covid-19) comptait quant à elle 737 000 signature à pareille date. 

Tremblay ajoute : « Il y a déjà assez de stress qui empêche de garder son calme pendant cette crise de santé. Vivre avec l'angoisse de perdre mon appartement après cette crise à cause d'un loyer impayé aggrave mon état de santé mental et physique. » Tremblay a lancé une pétition publique demandant l'annulation des loyers. En date du 29 mars, la pétition (http://chng.it/XJctK2Tw) comptait près de 8 000 signatures. 

Un autre locataire, Dalinder Grewal de Parc-Extension, ajoute : « Des locataires qui ne connaissent possiblement pas leurs droits, se font menacer par des propriétaires qui exigent le paiement du loyer d'avril, sous peine d'être évincés. Les propriétaires ne sont pas compréhensifs, malgré ce que le premier ministre Legault et la mairesse Plante ont demandé. Une annulation urgente du loyer est nécessaire pour mettre fin à cette injustice. »

La campagne des Draps blancs pour la grève des loyers demande l'annulation des loyers et des paiements hypothécaires, y compris les intérêts, pour la durée de la crise du COVID-19. Nous invitons la population à arborer le symbole du drap blanc sur la devanture des logements afin de signifier leur solidarité envers les personnes qui sont les plus vulnérabilisées par cette crise, avec les personnes qui sont incapables de payer leur loyer, ainsi qu'avec les personnes qui les soutiendront par une grève des loyers. Nous invitons également les propriétaires, également touchés par la crise, à se joindre à cet appel.


POUR PLUS D'INFORMATION : 
www.grevedesloyers.info
www.annulezlesloyers.ca


Facebook: https://www.facebook.com/Grevedesloyers/
Twitter: https://twitter.com/DesLoyers
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


With rent day just two days away, tenants in Quebec continue to demand the urgent cancellation of rent. Thousands, likely tens of thousands, of tenants all over Quebec simply cannot pay rent this Wednesday, or need to keep their money for basic necessities such as food and medicine.The housing crisis, already alarming before the COVID-19 epidemic, is reaching critical proportions.

Premier Legault, and Montreal Mayor Plante, have urged landlords to be accommodating with their tenants. However, many landlords, particularly in poor, working class and immigrant neighborhoods, are telling their tenants they must pay rent on April 1st, and many landlords are threatening to begin eviction proceedings once the temporary suspension on eviction hearings at the Régie du logement is lifted.

At the Quebec government press conference on Monday afternoon, journalists must ask Premier Legault, Health Minister McCann and Housing Minister Laforest what tangible steps they will take, urgently, to provide relief to tenants accross the Province. During the current health crisis, secure housing is an important public health prerogative. Moreover, the anxiety and stress currently suffered by thousands of tenants will be relieved with a clear announcement of the cancellation of rents.

The relief promised by the federal government cannot be applied for until April 6, with the first funds being distributed 10 days later, meaning tenants will be in default until mid-April at the earliest. Moreover, many tenants, who live month-to-month, will not qualify for federal relief.

Rent strike, refusal and cancellation efforts have multiplied all over Quebec and Canada. Even Conservative Premier Doug Ford has commented publicly that if tenants in Ontario are forced to choose between paying for food or rent, they should pay for food and that they should be protected from eviction in the future.

The Premier, Minister of Health and Minister of Housing have the power to stop the tenant crisis in Quebec, and they must do so in advance of April 1st.

According to Rachel Tremblay, a tenant living in Hochelaga: "I simply can't pay rent on April 1st, otherwise I will have no money for food and other essentials for my family. I have not been able to work for two weeks and I'm not currently eligible for benefits, and might not ever be, except for welfare which won't cover my rent."

Tremblay adds: "There is enough stress to maintain calm during this health crisis, but living with the anxiety of losing my apartment after this crisis due to failure to pay rent is making my mental and physical health worse." Tremblay launched a public petition demanding the cancellation of rents, the petition (http://chng.it/XJctK2Tw) is getting close to 10,000 signatures.

Another tenant, Dalinder Grewal from Parc-Extension, adds: "Poor and immigrant tenants, who might not be aware of their rights, are being told by landlords that they must pay rent on April 1st, or they will be evicted. My neighbors are living in fear of illegal eviction, and have to make the horrible choice about whether to pay rent or feed their families. Landlords are not being accommodating, despite what Premier Legault and Mayor Plante have asked. An urgent rent cancellation is needed immediately to stop this injustice and to stop further misery."

The White Sheets for Rent Strike campaign is calling for the cancellation of rent and mortgage payments, including interest, for the duration of the COVID-19 crisis. We invite the public to display the White Sheet symbol on the front of their homes to show their solidarity with those made most vulnerable by this crisis, with those who are unable to pay their rent, and with those who will support them through a rent strike.We also invite landlords, who are also affected by the crisis, to join this call.


FOR MORE INFO : 
www.grevedesloyers.info
www.annulezlesloyers.ca

Facebook: https://www.facebook.com/Grevedesloyers/
Twitter: https://twitter.com/DesLoyers