Les forces révolutionnaires autonomes sont éclatées et dispersées. Nous n’avons pas de Parti, pas d’Organisation centrale, pas de Fédération. Les groupes se forment et se déforment, au gré des amitiés et des conflits, suivant les campagnes et les cycles de lutte. Galvanisés par les rencontres, les émeutes, les fêtes ou les amours, mais érodés par la fatigue, la dépression, les agressions et la répression. À la puissance incroyable qu’on trouve dans l’arrimage du politique et de l’amitié s’oppose la difficulté d’inscrire nos luttes dans un temps long. C’est le même problème qui revient constamment, auquel on se bute et qu’on peine à surmonter: comment penser l’organisation affinitaire avec l’élargissement, les structures informelles avec l’inclusivité, l’autonomie des luttes avec le partage d’une perspective commune? Comment transformer nos vies immédiatement sans perdre de vue un horizon révolutionnaire? Comment faire résonner nos idées à l’extérieur de nos milieux?

Plutôt que de tenter de dépasser ces questions – en cherchant à dissoudre une multiplicité de groupes au sein d’un projet centralisateur, ou à l’inverse en se contentant du confort du militantisme affinitaire – nous proposons d’assumer l’hétérogénéité et la pluralité des luttes qui s’entrecroisent depuis plusieurs années et de réfléchir la façon dont elles s’agencent au sein d’une constellation des forces autonomes. Nous partons d’une volonté commune de créer des espaces permettant aux différents groupes et tendances de mettre en partage leur rapport subversif au monde, de penser le temps présent, de réfléchir et d’approfondir leurs stratégies, de produire des discours révolutionnaires. C’est dans la perspective de participer à la mise en réseau de ces différentes forces qui participent à décomposer ce que nous appelons aujourd’hui «Québec» que nous proposons la mise en place d’une plateforme web pensée autour de trois axes.

Penser le temps présent et réarticuler un horizon révolutionnaire

Nous devons trouver nos rythmes, imposer nos temporalités et travailler à se sortir de l’urgence et de la réaction. La montée actuelle de l’extrême-droite, du populisme et du fascisme requiert qu’on réfléchisse à notre rôle au sein de ces transformations et qu’on prenne au sérieux notre intention révolutionnaire. S’engager délibérément dans notre volonté de rupture, dans le désir de trahir le monde colonial qui nous habite. Se donner des espaces qui permettent de penser cette rupture et les forces qui la constituent, mais aussi de l’étendre, de la partager et de la diffuser. Il nous faut être en adéquation avec notre temps et ajuster nos stratégies et techniques : expérimenter d’autres sensibilités, d’autres rapports au territoire, d’autres formes de communication. Arriver à penser d’autres outils et d’autres langages : en produisant des textes, mais aussi des vidéos, des images, des photos, des podcasts.

S’organiser en assumant la multiplicité

La multiplication des organisations autonomes en mixités choisies, la dispersion des ami.es sur les territoires et les réalités différentes qui nous constituent nous obligent à prendre acte de l’hétérogénéité actuelle des inclinaisons dans la lutte. Plutôt que de s’opposer en vain à cet éclatement, nous voulons l’investir et le densifier. Nous proposons de rendre possible la production du contenu par une multiplicité de groupes, projets ou rubriques autonomes, qui contribuent sur une base permanente, intermittente ou éphémère. Réunir des groupes qui choisissent leurs propres modes d’apparition, leurs façons de s’organiser, leurs degrés d’ouverture et de fermeture et la manière dont ils souhaitent communiquer leurs discours et leurs pratiques. Développer des stratégies organisationnelles qui nous permettent d’être attentifs.ves aux dynamiques entre ces groupes et d’enrayer les tendances à la centralisation du pouvoir.

Construire un outil de liaison

C’est dans la liaison entre ces groupes que nous entendons dégager de la force et se construire en puissance autonome pérenne. Nous posons ce projet comme un carrefour nous permettant de faire résonner entres elles nos luttes et nos pratiques, de s’inspirer les un.es les autres, mais aussi de nommer et de saisir les conflits qui nous séparent. Nous voulons arriver à relier les différents groupes et les différentes réalités par une circulation à travers les territoires des idées comme des personnes qui les portent, par une mise en commun des ressources et un partage des skills, des techniques et des pratiques, au-delà de nos amitiés immédiates. Aucune révolution n’est possible sans constitution d’une puissance matérielle commune. L’élaboration de cette plateforme nous semble être un des moyens actuels de la cultiver. Nous nous sommes réuni.es entre quelques ami.es pour élaborer cette proposition, mais le projet est toujours à l’étape de la réflexion et de l’élargissement. La possibilité de sa mise en oeuvre dépend entièrement de l’implication des différents groupes et allié.es à travers les territoires. Dans cette perspective, nous invitons tous ceux et celles qui souhaitent participer à la mise en place de ce projet ou à la production de contenu pour la plateforme à nous faire parvenir un courriel :

plateforme_atnm@riseup.net