Ce printemps, une nouvelle plateforme de diffusion verra le jour sur le web. Il s’agit d’un projet rassemblant des personnes et des groupes qui participent depuis plusieurs années à différentes luttes s’entrecroisant sur les territoires de la rivière des Outaouais à l’océan Atlantique. Il découle de leur volonté de partager leur rapport subversif et révolutionnaire au monde en faisant résonner idées et actions hors de nos milieux.

C’est dans l’objectif de stimuler la production de contenu et de permettre l’articulation de postures diverses sur des thèmes communs que nous tentons d’assembler des dossiers thématiques, intitulés Lisières, qui seront publiés sur cette nouvelle plateforme web.

Différents types de contenus peuvent être proposés :

  • Projets vidéos ou multimédias
  • Essais, analyses, critiques
  • Chroniques, commentaires et actualités
  • Histoires et témoignages
  • Poésie et chansons

Le premier de ces dossiers portera sur la propriété privée et l’économie du don. Nous cherchons à y examiner les rapports que nous entretenons avec les formes de propriété qui nourrissent le capitalisme et d’explorer les pratiques sociales, culturelles et économiques qui permettent d’autres formes relationnelles aux lieux et aux choses, hors ou contre l’État.

Nous invitons ceux et celles interpelé·e·s par ces questions à soumettre des contributions par courriel à deslisieres@riseup.net d’ici le 22 mars 2019. Merci de faire circuler cette invitation

Ces thèmes peuvent être traités à partir de diverses approches. Nous en proposons quelques unes :

  • Les processus historiques de création et d’implantation des formes de propriété privée, des expériences européennes comme les enclosures, aux expériences sur d’autres continents.
  • Le rapport colonial à la propriété et les différents modes d’occupation des territoires.
  • Les impacts de la propriété privée sur le partage des territoires entre les espèces, l’altération des écosystèmes, les crises écologiques, l’épuisement des territoires et leur dévastation.
  • Les représentations sociales et culturelles liées aux lieux privés et non-privés. Les récits qui légitiment et racontent les modes d’appropriation des lieux et des choses. Les imaginaires du privé et du commun.
  • L’internalisation des affects liés à la privatisation des lieux et des choses – possession, peur, manque, etc.
  • L’appropriation des corps et des esprits par la logique de privatisation.
  • Le don et les formes relationnelles non capitalistes.
  • Les expériences historiques de luttes contre le mode de propriété privée.
  • Les formes d’hybridation du rapport à la propriété au sein du capitalisme : vol, partage de revenus, espaces collectifs, etc.
  • Les écarts, résistances et révoltes actuelles face aux logiques de
    privatisation.