« Aucune étude contrôlée n’a démontré l’efficacité d’une telle mesure [le couvre-feu] pour freiner le coronavirus. »
(Dr Horacio Arruda, 6 janvier 2021)

« Aucune exception [au couvre-feu] ne sera tolérée pour les personnes itinérantes. »
(François Legault, 6 janvier 2021)

« Pour la LDL, il est évident que la situation actuelle est très grave et que tout le monde doit jouer son rôle dans la lutte contre le coronavirus. Mais il ne suffit pas d’en faire reposer le poids sur la responsabilité individuelle et sur des restrictions des droits et libertés aussi importantes comme un couvre-feu. La responsabilité de l’État est majeure dans cette situation extraordinaire que nous connaissons. »
(Ligue des droits et libertés, 6 janvier 2021)

Le gouvernement de François Legault tente une fois de plus de masquer son échec retentissant dans la gestion de la crise sanitaire et sociale actuelle en voulant faire reposer l’opprobre de la catastrophe sur les individus plutôt que sur notre système politique, social et économique. Le premier ministre avoue même que les personnes les plus démunies de notre société subiront les coups de sa politique de couvre-feu.

L’actuelle crise est pourtant due à deux facteurs systémiques, à savoir l’économie capitaliste et les politiques néolibérales des 30 dernières années qui ont détruit le système de santé québécois. C’est parce que le gouvernement, servile des intérêts industriels, refuse de fermer un grand nombre de lieux de travail – au premier rang desquels les manufactures – que le coronavirus continue de se répandre si fortement. Selon l’Institut National de Santé Publique, le milieu le plus touché par les éclosions est celui du travail, en particulier les manufactures. Alors que le gouvernement voudrait nous faire croire que ce sont quelques « covidiots » qui propagent le virus, il ne faut pas se leurrer : ce sont les travailleuses et travailleurs forcé.es de se rendre au boulot qui sont les premières victimes du coronavirus et les transmetteurs (involontaires) de celui-ci. C’est parce que Legault ne veut pas toucher à la sacro-sainte économie que le virus continue de se répandre chez nous et de faire des victimes.

Ensuite, si notre système de santé n’est pas apte à supporter le nombre de personnes malades actuellement, c’est tout simplement parce qu’il a été victime de coupes budgétaires, de déstructurations et de destructions continuelles depuis 30 ans. Les gouvernements libéraux, péquistes et caquistes sont les responsables de l’hécatombe actuelle, pas les citoyen.nes qui tentent en grande majorité de se prémunir, ainsi que leur milieu, contre le coronavirus. Naturellement, il ne faut pas augmenter la pression sur le système de santé, les infirmières et le reste du personnel hospitalier à l’heure actuelle : mais pour se faire, il faut fermer une large partie de l’économie, dont beaucoup de manufactures ainsi que le secteur de la construction.

Ne tolérons plus le discours néolibéral qui pousse le gouvernement Legault à se dédouaner de ses responsabilités tout en cherchant à faire porter le fardeau de l’échec gouvernemental aux citoyen.nes ordinaires. Ne tolérons pas que nos libertés soient drastiquement réduites afin que le gouvernement puisse se draper dans sa bonne conscience, alors qu’il refuse de prendre les mesures conséquentes – politiques, sociales et économiques – pouvant protéger la population contre le coronavirus, dont la fermeture de la quasi-totalité des manufactures. La crise actuelle se poursuit en raison de la complaisance du gouvernement avec les industries capitalistes et à cause de la destruction de notre système de santé par les gouvernements successifs depuis 30 ans. Ce sont nos gouvernements qui sont responsables et ce sont eux qui doivent régler ce problème à court terme. Mettons-leur la pression avant de figurer, dans le temps long, comment les remplacer par des gouvernements socialement responsables et non plus soumis aux lois du capitalisme !

 

Archives Révolutionnaires

https://archivesrevolutionnaires.com/
7 janvier 2021