(Français ci-bas)

 

On September 15, 2020 hundreds of non-Indigenous Fishermen gathered at Digby Whar, Nova Scotia to protest the fact that indigenous fishermen have treaty rights from the 1752 Peace and Friendship Treaty Constitutionnaly protected under Section 35 of the Canadian Constitution. These treaty rights were affirmed at the Supreme Court of Canada in 1999, the highest judicial power in the settler state, through R. v. Marshall.

 

In accordance to the treaty rights, the quotas of fish and lobster Indigenous people can catch in a given season is more than commercial non-Indigenous fishermen. Indigenous peoples are allowed to catch as many fish that sustains theirs rights to a moderate livelihood, a term that was legally defined by the settler state.

 

In line with this legal definition, non-Indigenous fisherman can accumulate approximately $200-500,000 worth of commerce from fishing. in constrast, a moderate livelihood from Mi'kmaq fishermen is bewtween $30-50,000. There were only an estimated 20 boats belonging to Mi'kmaq fishermen in Digby Wharf, so Mi'kmaq fishermen do not even makeup a fraction of these numbers.

 

Despite this limitation, non-indigenous fishermen have accused Indigenous peoples of going beyond what "moderate" means and are claiming that their commerce is suffering because of Indigenous fishing on their own territories and waters.

 

Over the past few day, Mi'kmaq fishermen have been terrorized by these racist non-Indigenous fishermen. They have been stealing gear, cutting trap lines, running down boats, aiming and shooting flares at Mi'kmaq boats on the water, and threatening to torch Mi'kmaq boats.

 

Mi'kmaq lives and the well-being of their communities are in danger; this goes beyond a fishing dispute. This is another violet display of white supremacy and settler colonialisme on Indigenous territories and waters.

 

There has been little to no interventions from the RCMP and the Departement of Fisheries and Oceans (DFO). The settler state of Canada is silent. We need support now. We need all Indigenous people and accomplices to Know about what is happening on the east coast. We need allies to share and show up. We need solidarity against the continued genocied of Indigenous peoples.

 

WE NEED ACTION NOW.

 

We are calling for the shutting down of the Atlantic region in solidarity.

 

SHUT DOWN CANADA

 

Eyes on the frontlines, feet in the streets!

 

If you aren't able to physically participate, we are asking you donate funds for the land and water protectors. Send funds via e-transfert to Taramarie.nf@gmail.com and write in the comment that it's a donation  for the Mi'kmaq warriors. 

 

Wela'lioq everyone!

 

--------------------------------------------------

 

Que se passe-t-il au quai de Digby, en Nouvelle-Écosse?

 

Le 15 septembre 2020, des centaines de pêcheurs allochtones (non-autochones) se sont rassemblés au quai de Digby, en Nouvelle-Écosse, contestant le fait que les pêcheurs autochtones possèdent des droits de traité issus du traité de Paix et d'Amitié de 1752 protégé sous la section 35 de la Constitution canadienne. Ces droits de traité ont été entérinés en 1999, par la Cour Suprême du Canada, soit l'instance la plus élevée du pouvoir judiciaire, dans le cas R. v. Marshall.

 

 

Selon ces droits de traité, les quotas établissant la quantité de poisson et de homard pouvant être pêchés au cours d'une saison différents  pour les personnes autochtones que pour les pêcheurs allochtones. Les personnes autochtones sont autorisées à pêcher autant de poisson nécessaire, relatif au maintien de leur droit à une «subsistance convenable» (moderate livelihood), terme définit légalement par l'État colonial.

 

 

Suivant cette définition, des pêcheurs allochtones peuvent gagner entre 200 et 500 000 $ du commerce de la pêche. À l'inverse, le niveau considéré comme "subsistance convenable" se situe entre 30 et 50 000$. Ceci étant, les pêcheurs Mi'kmaq ne peuvent atteindre qu'une fraction de ces chiffres puisqu'ils ne possèdent qu'une vingtaine de bateaux au quai de Digby.

 

 

Malgré ces limites, les pêcheurs allochtones ont accusé les Mi'kmaq d'aller au-delà de ce que peut signifier «convenable», argumentant que leur commerce souffrait de l'usage qu'en faisaient les communautés autochtones sur leurs propres territoires.

 

 

Dans les derniers jours, des pêcheurs Mi'kmaq ont été attaqués par des pêcheurs allochtones racistes. Ces derniers leur ont volé du matériel, ont coupé leurs lignes, ont foncé sur leurs bateaux, leur ont tiré des feux détresse dessus et ont menacé de brûler leurs bateaux.

 

 

Les vies Mi'kmaq et le bien-être des communautés sont en danger. Cela va bien au-delà d'une dispute de pêche. C'est un autre déploiement violent de la suprématie blanche et du colonialisme de peuplemement contre les territoires autochtones.

 

 

Il y a eu jusqu'à date peu ou pas d'intervention de la part de la GRC ou du Département des Pêches et Océans. L'État colonial canadien reste silencieux. Nous avons besoin de support maintenant. Nous avons besoin que toutes les personnes autochtones et leurs complices soient au courant de ce qui se passe sur la côte Est. Nous avons besoin que tous les allié.es partagent ces informations et se présentent sur les lieux. Nous avons besoin de solidarité contre le génocide perpetuel des peuples autochtones.

 

Nous appelons à paralyser complètement les provinces de l'Atlantique en solidarité

 

SHUT DOWN CANADA

 

Tous les yeux sur la ligne de front, tous les pieds dans la rue!

 

Si vous n'êtes pas en mesure de participer physiquement à ces actions, prière de contribuer en finançant les protecteurs et protectrices de l'eau et de la terre. Envoyez des fonds par e-transfert à Tamarie.nf@gmail.com et ecrivez dans les commentaires que c'est un don pour les warriors Mi'kmaq. 

 

Wela'lioq à tout le monde!